Du 29 juin au 20 juillet, l'expédition n'est possible que le lundi.

Vitamines

Vitamines

Vitamines

Donner des vitamines correctement

Les vitamines sont des composés organiques essentiels qui, à quelques exceptions près, ne peuvent être synthétisés par les animaux eux-mêmes. On distingue les vitamines liposolubles (A, D, E et K) et les vitamines hydrosolubles (B1, B2, B6, B12 et C, acide nicotinique, acide pantothénique, biotine, acide folique et choline) en fonction de leur solubilité. Alors que l'organisme peut stocker les vitamines liposolubles, les vitamines hydrosolubles doivent être absorbées en permanence et en quantité suffisante (aliments, contenu intestinal d'animaux entiers, bactéries intestinales).

Les vitamines ne sont requises qu'en quantités extrêmement faibles, mais sont néanmoins absolument nécessaires au processus métabolique normal. Chaque vitamine a une fonction spécifique dans l'organisme qui ne peut être remplie de la même manière par aucune autre substance. Le manque d'une vitamine entraîne donc des symptômes de carence typiques, appelés avitaminoses (hypovitaminoses). Chez les reptiles et les amphibiens, les avitaminoses dues à une carence en vitamines A, K, E, D, biotine, B1 et C sont connues à ce jour. Cependant, un surdosage en vitamines peut également entraîner des tableaux cliniques typiques, les hypervitaminoses, surtout dans le cas des vitamines liposolubles. 

Les parties de plantes (bourgeons, germes, racines et fruits), mais aussi les organes internes des animaux (abats) sont particulièrement riches en vitamines ou en leurs précurseurs. Les espèces de reptiles et d'amphibiens carnivores et insectivores couvrent donc leurs besoins en vitamines principalement avec les organes internes et le contenu intestinal de leurs proies. Pour assurer un apport suffisant en vitamines, les animaux destinés à l'alimentation doivent donc, d'une part, être nourris avec une alimentation de qualité et, d'autre part, être "améliorés" par l'ajout régulier de préparations appropriées. Reptile-food.ch propose à cet effet diverses préparations vitaminées et combinées. Ces derniers contiennent non seulement des vitamines mais aussi des minéraux, des oligo-éléments et des acides aminés essentiels. Les vitamines utilisées dans ces préparations sont généralement synthétisées chimiquement et ont le même effet que les vitamines "naturelles". Cependant, les différentes préparations vitaminées diffèrent considérablement les unes des autres en termes de composition et de dosage. Étant donné que de nombreuses vitamines peuvent endommager l'organisme en cas de surdosage, les préparations vitaminées ne doivent être administrées que dans le respect des instructions de dosage et non de manière incontrôlée.
 
Les vitamines réagissent très sensiblement à la lumière, à la chaleur et au contact de l'air (à conserver en conséquence ; respecter la date de péremption des préparations vitaminées et des aliments pour animaux !) Les préparations vitaminées et les aliments pour animaux trop stockés ou mal stockés, les aliments frais fanés, etc. doivent donc être considérés comme pauvres en vitamines
 
L'importance des vitamines
Malheureusement, la littérature ne contient pas suffisamment d'informations sur les carences en vitamines ou la fonction spécifique des vitamines chez les reptiles et les amphibiens. Par conséquent, seules les vitamines pour lesquelles des informations fiables sont disponibles sont mentionnées dans ce tableau. Pour éviter les carences en vitamines - surtout chez les espèces insectivores - l'alimentation doit être régulièrement complétée par une préparation vitaminée ou combinée.
 
Vitamines liposolubles

Vitamin A (Axérophtol, Rétinol)
La vitamine A est l'une des vitamines les plus importantes et est nécessaire à la constitution et au maintien du fonctionnement de la peau ainsi que des muqueuses des yeux et des voies sexuelles, respiratoires et digestives. Une carence peut entraîner, entre autres, des modifications massives des muqueuses et un gonflement des yeux.

La vitamine A et ses précurseurs (abondants dans les plantes) sont très sensibles aux rayons UV et à l'oxygène, de sorte que leur teneur diminue rapidement si les aliments ne sont pas stockés correctement. Une consommation excessive de vitamine A entraîne des symptômes d'empoisonnement avec décollement des couches supérieures de la peau et des muqueuses et des troubles hépatiques. Cette situation est comparable à un incendie à grande échelle et se termine généralement par la mort des animaux.

Vitamin D (Calciférol)
La vitamine D est absorbée par l'animal sous forme de précurseurs et convertie en forme fonctionnelle (vitamine D3) sous l'influence de la lumière solaire (rayonnement UV) dans le tissu rénal. Les besoins en vitamine D3 peuvent être couverts principalement par la production propre de l'organisme. Les précurseurs de la vitamine D3 se trouvent en quantité suffisante dans les plantes et les tissus animaux.

La vitamine D3 est nécessaire à la formation normale des os, entre autres parce qu'elle entraîne le stockage des minéraux dans les os et favorise l'absorption du calcium provenant des aliments. Si la vitamine fait défaut, des perturbations du métabolisme osseux se produisent. Un surdosage entraîne, entre autres, la libération des minéraux des os (ostéoporose).


Vitamin E (Tocophérol)
La vitamine E est le nom de groupe de 8 tocophérols présents dans la nature. Le plus connu est le tocophérol. La vitamine E est souvent qualifiée de vitamine de la fertilité, car une carence peut notamment entraîner une diminution de la capacité de reproduction chez les deux sexes. D'autres fonctions importantes de cette vitamine résident dans son effet antioxydant, c'est-à-dire qu'elle empêche la destruction des acides gras insaturés par l'oxygène. Une carence en vitamine E peut donc également entraîner de graves perturbations du métabolisme des graisses, par exemple une inflammation du tissu adipeux. En outre, il joue un rôle important dans l'activité musculaire. Dans la littérature, un lien entre la vitamine E et le sélénium est discuté car une carence en ces deux substances présente des symptômes similaires.


Vitamin K (Vitamine antihémorragique)
La vitamine K joue un rôle important dans la coagulation du sang. Les principaux producteurs de vitamine K sont les bactéries intestinales. Si la flore intestinale est perturbée, par exemple par l'administration d'antibiotiques ou par une perturbation de la production de bile, cela peut entraîner un sous-approvisionnement et donc une perturbation de la coagulation sanguine et des saignements locaux.
 
 
Vitamines hydrosolubles

Vitamin B1 (Thiamine)
La vitamine B1 est importante pour le métabolisme des glucides, le fonctionnement de l'appareil gastro-intestinal et le système nerveux. Une carence peut entraîner, entre autres, des modifications pathologiques du tissu nerveux. Une mobilité réduite, des crampes, des contractions musculaires incontrôlées et une paralysie peuvent survenir.

La viande de poisson, en particulier, contient une enzyme (la thiaminase) qui détruit la vitamine B1. La quantité de thiaminase dépend du type de poisson, par exemple les carpes contiennent plus de thiaminase que les truites. Par conséquent, une carence en vitamine B1 peut survenir chez les animaux nourris exclusivement au poisson, à moins que la vitamine appropriée ne soit ajoutée. Dans le poisson congelé, l'activité de la thiaminase est plus élevée au même niveau et, en même temps, la teneur en vitamines diminue à cause de la congélation. Il est donc conseillé de nourrir les poissons fraîchement sortis de l'abattoir.


Vitamin H (Biotine)
La biotine intervient dans le métabolisme des glucides et des graisses. Une carence entraîne, entre autres, des modifications de la peau (dépôts de liège).

Une carence en biotine ne se produit normalement que lorsque des œufs d'oiseaux crus et non fécondés sont nourris exclusivement. Ceux-ci contiennent de l'avidine, une substance qui détruit la biotine. Dans la nature, les reptiles mangeurs d'œufs (par exemple, les lézards crustacés, les téus et les serpents à œufs) ne mangent généralement que des œufs fécondés. Dans ces derniers, la concentration d'avidine diminue au fur et à mesure du développement de l'embryon, et dans le même temps, la teneur en biotine augmente.


Vitamin C (Acide ascorbique)
La vitamine C peut être synthétisée par la plupart des reptiles et des amphibiens dans les reins ou dans l'intestin lui-même. Une carence se produit donc principalement en relation avec des maladies rénales et intestinales ou le stress. Les serpents géants sont particulièrement touchés par ce phénomène, présentant une peau fine, terne et facilement déchirable en raison d'une carence en vitamine C. Le saignement des gencives est également un signe de carence en vitamine C. L'hypovitaminose C peut également se produire si les cobayes ne sont nourris qu'avec une alimentation non complète, car les cobayes ne peuvent pas synthétiser la vitamine C eux-mêmes.

La vitamine C est un antioxydant important. Il protège les muqueuses, prévient la pourriture buccale et a un effet de soutien immunitaire. C'est pourquoi, en particulier en cas de stress, il convient d'assurer un apport supplémentaire suffisant en vitamine C. 

 
Minéraux et oligo-éléments
Les minéraux sont des substances inorganiques présentes en quantités supérieures à 50mg/kg de masse corporelle. Le calcium (Ca) et le phosphore (P) sont abordés en détail ci-dessous en raison de leur importance capitale pour l'organisme et du fait que le métabolisme du calcium et du phosphore est directement lié. Outre le calcium et le phosphore, les autres éléments importants sont les suivants : Magnésium (Mg), sodium (Na), potassium (K), chlorure (Cl-) et composés de soufre.

Les oligo-éléments sont des substances inorganiques présentes dans l'organisme à des concentrations inférieures à 50mg/kg de masse corporelle. Ils sont des composants de nombreux enzymes, pigments, etc. et sont donc vitaux pour l'organisme. Les oligo-éléments importants sont le manganèse (Mn), le zinc (Zn), le fer (Fe), le cuivre (Cu), le molybdène (Mo), le sélénium (Se), l'iode (J), le cobalt (Co) et le chrome (Cr).

 

Métabolisme du calcium et du phosphore
 
La fonction du calcium et du phosphore dans l'organisme
 
Le calcium et le phosphore ne sont pas seulement essentiels à la formation et à la stabilité des os, mais remplissent également toute une série d'autres fonctions importantes dans l'organisme. Le calcium, par exemple, joue un rôle important dans la coagulation du sang, l'excitabilité des fibres nerveuses, le mouvement musculaire et l'activité enzymatique, tandis que le phosphore joue un rôle central dans le métabolisme énergétique et est également un composant important de nombreux composés organiques (par exemple, le matériel génétique, les protéines et les enzymes).
 
 
Équilibre du calcium et du phosphore, hormones et vitamine D3
   
Pour que toutes ces fonctions de l'organisme décrites précédemment fonctionnent de manière optimale, une concentration minimale de calcium et de phosphore doit être présente dans le sang. Étant donné qu'une grande partie du "calcium corporel" (99 %) et du "phosphore corporel" (85 %) est liée au squelette, une carence en calcium et en phosphore entraîne la libération de ces minéraux des os dans le sang. Tous ces mécanismes métaboliques, par exemple l'absorption du calcium et du phosphore dans l'intestin (résorption), l'incorporation dans les os et le maintien du taux sanguin correspondant, sont étroitement liés et sont contrôlés par un système complexe d'hormones endogènes dans lequel la vitamine D3 peut intervenir.
 
 
Vitamine D3
 
La vitamine D3 favorise le transport actif du calcium et du phosphore à travers la paroi intestinale et participe à l'incorporation du calcium et du phosphore dans les os. Il favorise également l'absorption du calcium par l'intestin et réduit l'excrétion du phosphore par les reins. Les besoins en vitamine D3 peuvent être couverts principalement par la formation dans le corps. Les précurseurs vitaminiques ingérés avec la nourriture - on les trouve principalement dans les plantes, mais aussi dans les muscles et le tissu adipeux des animaux - sont transformés en un précurseur de la vitamine D3 dans la peau sous l'influence de la lumière solaire (rayonnement UVB) et enfin en la forme active de la vitamine D3 dans le tissu rénal. Si les animaux sains reçoivent suffisamment de rayons UV, une carence en vitamine D3 ne se produit généralement pas..
 
 
Perturbations de l'équilibre du calcium et du phosphore
 
Le taux de calcium sanguin est régulé par une hormone de la glande parathyroïde. Sa production augmente lorsque le taux de calcium diminue et favorise le transfert du calcium des os vers le sang. De courtes périodes de faible apport en calcium ou des besoins accrus en calcium (par exemple pendant la formation des œufs) peuvent ainsi être compensés par la mobilisation des réserves de calcium du squelette. Toutefois, en cas de déficit prolongé en calcium, celui-ci est continuellement retiré des os, ce qui entraîne un ramollissement des os. Cette affection est appelée rachitisme chez les jeunes animaux et ostéomalacie chez les adultes. Une carence en vitamine D3 entraîne une faible absorption du calcium au niveau de l'intestin et peut donc également provoquer le rachitisme ou l'ostéomalacie.
 
 
Le rapport idéal calcium / phosphore dans l'alimentation
 
En même temps, la teneur en phosphore de l'alimentation influence également l'absorption du calcium. Pour que cette interaction soit optimale, le rapport CA/P dans l'alimentation des animaux adultes doit être compris entre 1,5 et 2:1. Les jeunes animaux ou les femelles en gestation ont des besoins plus élevés en calcium. Dans ces conditions, avec un apport suffisant en vitamine D3 (irradiation UV !), on peut s'attendre à une absorption optimale du calcium dans le tube digestif et à un métabolisme calcique sans problème. En revanche, un équilibre perturbé du rapport CA/P a un effet très défavorable sur l'absorption et le stockage du calcium dans le squelette.
 
 
Beaucoup aide beaucoup ?
 
Malheureusement, on dispose de peu d'informations sur les besoins réels en calcium et en phosphore des amphibiens et des reptiles. Dans la littérature, selon l'espèce, on donne une teneur en calcium de 1,0-1,5% dans la matière sèche et une teneur en phosphore de 0,5-0,8% dans la matière sèche. Les écarts par rapport au rapport optimal calcium/phosphore - c'est le rapport Ca/P de la ration alimentaire totale qui est déterminant pour l'évaluation, et non l'aliment individuel - ou une carence ou un excès de calcium, de phosphore ou de vitamine D3 entraînent à long terme de graves dommages aux os et aux organes, comme le montrent les exemples suivants :
 

  • Surabondance de calcium avec carence simultanée en vitamine D3
    Dans ces circonstances, l'excès de calcium est à nouveau excrété sous la forme d'un composé phosphate. Au cours de ce processus, le phosphore est retiré de l'organisme.

  • Surabondance de calcium et surplus simultané de vitamine D3
    Dans ce cas, un maximum de calcium s'accumule dans les os et les organes ainsi que dans les vaisseaux sanguins - avec des conséquences parfois dévastatrices. L'organisme tente de maintenir le taux de calcium sanguin à son niveau optimal par le biais de mécanismes de régulation hormonale complexes. Il tente surtout d'excréter l'excès de calcium par les reins. Si cela n'est pas possible, le calcium se dépose dans les tissus métaboliquement actifs, par exemple les parois des vaisseaux sanguins, les muscles ou les tissus enflammés. Cela entraîne une calcification des vaisseaux et des organes, un symptôme typique de l'empoisonnement à la vitamine D3.
     
  • Carence en calcium avec excès simultané de vitamine D3
    La vitamine D3 augmente l'absorption du calcium dans l'intestin. Si la teneur en calcium de l'alimentation est trop faible, une quantité moindre peut être absorbée dans le sang et le taux de calcium sanguin est par conséquent faible. Pour rétablir ce taux sanguin, le calcium est libéré de l'os, ce qui entraîne un ramollissement des os.

  • Excès de phosphore avec carence simultanée en calcium
    À long terme, les reins sont surchargés par l'excrétion élevée de phosphore, et il est possible que d'autres facteurs aggravants (par exemple, une alimentation riche en protéines chez les herbivores) s'ajoutent, ce qui augmente encore l'accumulation de produits de décomposition contenant du phosphore. Le taux élevé de phosphore dans le sang active une hormone qui est censée favoriser l'excrétion du phosphore par les reins. Cependant, cette hormone a également pour effet de libérer le calcium des os, ce qui entraîne un ramollissement des os. En raison de l'altération de la fonction rénale, d'autres troubles apparaissent ; par exemple, des dépôts d'acide urique se forment dans le rein lui-même et dans d'autres organes (goutte viscérale).

 
 
Le résumé
L'équilibre du calcium et du phosphore est étroitement lié et contrôlé par un système de régulation complexe dans lequel la vitamine D3 joue un rôle central. Tout écart par rapport au rapport optimal calcium/phosphore ou toute carence ou excès de vitamine D3 entraînera à terme de graves lésions du squelette et/ou des organes. Pour éviter cela, il convient de suivre les directives suivantes :
 

  • Le rapport calcium/phosphore doit toujours se situer dans la fourchette optimale. Il s'agit toujours de la ration alimentaire totale. Les carences en calcium des différents aliments peuvent être compensées en les associant à des aliments riches en calcium ou en proposant d'autres sources de calcium (par exemple, de l'os de seiche). Vous trouverez des informations sur la teneur en minéraux des aliments pour animaux dans la littérature spécialisée ou sur nos emballages (boîtes d'insectes de Bugs-International).

  • Chez les herbivores, un surplus de vitamine D3 résulte toujours d'erreurs d'alimentation (ajout direct de vitamine D3). En règle générale, les aliments végétaux contiennent suffisamment de précurseurs de la vitamine D3 efficace.

  • Dans l'organisme sain, les précurseurs de la vitamine D3 sont transformés en la forme efficace dans le tissu rénal, selon les besoins. En plus d'un rapport CA:P équilibré dans l'alimentation, une irradiation UV appropriée doit être fournie, en particulier lors de l'élevage de reptiles (par exemple, Bright Sun). La quantité de rayonnement UV nécessaire (intensité, durée de l'illumination) dépend également de l'espèce. Les espèces vivant dans les déserts ont besoin d'une quantité beaucoup plus importante de rayons UV.

  • Les reptiles herbivores, par exemple les iguanes verts, ne doivent pas être nourris de façon régulière et excessive avec des aliments riches en phosphate (produits animaux, mais aussi de nombreux fruits et légumes) et doivent se voir proposer en plus des aliments riches en calcium (par exemple os de seiche, coquilles d'œuf, calcaire).

  • Afin d'éviter un surdosage en vitamine D3, l'utilisation de compléments vitaminiques contenant directement la vitamine D3 active doit être soit évitée, soit dosée avec précaution.

  • Les reptiles carnivores, tels que les serpents, obtiennent normalement suffisamment de calcium à partir des os des animaux qu'ils mangent. En revanche, les insectes ont un mauvais rapport calcium-phosphate avec un fort excès de phosphate et doivent donc être poudrés avec une préparation à base de calcium avant d'être nourris.

 
© Reptile-food.ch

Derniers produits